Exemple de city stade

 

L’actuelle équipe municipale a improvisé une réunion publique samedi 5 octobre près du fameux P’tit Bois consécutivement à la polémique naissante liée à un projet de construction d’un stade multisports dit « City Stade » à l’abord des écoles.

D’un côté se trouvaient des opposants assez remontés contre le projet et dont les arguments environnementaux (abatage des arbres) parvenaient difficilement à en masquer d’autres, d’ordre sécuritaire (apport de délinquance et de drogues) ; d’un autre côté, des élus majoritaires un peu dépassés et assez catastrophiques dans leur communication.

Il est ressorti de ces « échanges » que le projet est ajourné, autant dire enterré. Seuls devraient finalement être réalisés les travaux d’extension du centre de loisirs. L’argument - très relatif - du déboisement-élagage n’aura pas fait long feu devant la nécessité d’étendre le Centre de loisirs. Reste entière la pertinence de l’équipement sportif de loisirs et de proximité et de son emplacement.

La gestion de ce projet d’aménagement est assez surprenante quand on connait le précédent épisode « Médiathèque » qu’avait joué cette même équipe politique il y a quelques années. Elle en dit également beaucoup sur son opportunisme électoral : profiter d’un projet accepté (extension du centre de loisirs) pour y insérer rapidement et à pas trop cher une promesse de campagne (le city stade) à quelques mois des élections…

Au-delà de ces considérations politiciennes, cet accident met aussi en lumière différents problèmes sur lesquels la liste Éco-citoyenne tient à apporter ses propositions :

  •  force est de constater que les jeunes Bacots (disons les 12-18 ans) demeurent les grands oubliés de la politique de notre ville. Il nous semble donc très important de construire avec eux un projet qui leur soit enfin dédié ;
  • pour faciliter ce dialogue, nous souhaitons mettre en place un conseil des jeunes (nous l’avions proposé l’année passée mais l’équipe actuelle s’y était opposée à l’unanimité). Une telle instance permettrait d’intégrer les jeunes en amont des décisions qui les concernent, et de mieux connaitre leurs envies et leurs besoins. Cette approche est radicalement différente de qu’a proposé le maire quelques jours avant la réunion publique :

TOUS UNIS POUR BLR

En d'autres termes : " Jeune, tu as le choix entre le truc génial que je te propose avec mes potes de la mairie ou… rien ! Ton avis m’intéresse pour valider mon super projet ! "

Manœuvre  pathétique visant à éteindre l’incendie naissant et dont chacun appréciera le résultat final.

Pour notre part, nous proposons de discuter avec le public cible (les ados) de la création d’un espace de type MJC, avec présence d’un animateur encadrant.

  •  S’il s’avère que le besoin est d’ordre sportif, et que cela doit se traduire par la construction de nouvelles infrastructures, il semble dès lors tout à fait légitime d’intégrer celles-ci aux complexes existants. Le stade Langenargen est à privilégier pour sa centralité (Foucherolles est en revanche trop excentré). Le terrain de basket actuel ainsi que la grande surface bitumée adjacente méritent des travaux de réhabilitation (cf. photo ci-dessous), mais un grand espace y est disponible. La clôture est à une douzaine de mètres de cet emplacement, les habitations les plus proches sont encore un peu plus loin.

stade langenargen

Notons que les 2 arguments avancés contre Langenargen sont :

  1. les nuisances sonores (si tant est que la nouvelle infrastructure soit fortement investie). Pour s’en prémunir, une réflexion est à mener pour l’édification d’un mur anti-bruit et/ou la plantation d’un rideau d’arbres entre les terrains et la clôture,
  2. la possible dégradation par les gens du voyage, argument particulièrement fallacieux pour une ville qui n’a pas de politique d’accueil (aucun début local de  réalisation du Schéma départemental d’accueil datant pourtant de 2003 !). Cet argument ne peut servir de prétexte à un gel de toute évolution du site.

Le développement d’infrastructures sportives doit aussi être discuté de manière plus globale en y insérant le thème de la mixité. En collaboration avec les associations sportives bacottes, il faudra en effet agir pour que ces nouvelles installations attirent autant les filles que les garçons et ne formalisent pas un nouveau facteur de discrimination.  Ce nouveau projet devra aussi être mis en perspective avec la politique « jeunesse »  de l’agglomération, échelon désormais également pertinent pour la gestion des équipements sportifs.

Enfin, à situer près du collège, un nouveau gymnase mis à la disposition commune des élèves (le jour) et de la population (soirs et vacances scolaires) demeure plus que jamais nécessaire. Curieusement ce sujet n’a jamais été évoqué lors des péripéties du City Stade.

 

Manque de cohérence ? Manque de compétence ? Manque d’ambition et/ou de projection ? Nous vous laissons juge.