Pour faire suite au commentaire laissé sur blog:

Bonjour Madame ROSQUESALANE 

Il n’a jamais été question pour nous de mettre en cause vos compétences professionnelles pas plus que votre intégrité.

 Reprenons les faits :

 1/ Que Monsieur le Maire vous interroge, c’est parfait !

 2/ Que vous lui répondiez en termes techniques, rien de plus normal !

 3/ Que Monsieur le Maire, interpellé par nos soins à se positionner politiquement sur un acte symbolique, se réfugie derrière des arguments techniques pour ne pas trancher une question politique ne saurait en revanche nous satisfaire.

 4/ Que ces considérations techniques soient instrumentalisées par le Maire pour éluder les devoirs de sa charge ne peut donc être recevable à nos yeux.

 Votre interpellation nous a donc d’autant plus surpris que vous n’étiez pas à notre sens concernée, à titre professionnel, par ce débat qui relève de la sphère purement politique.

 Quant à la liberté d’opinion, nous inclinons à penser qu’elle doit être défendue quand elle est menacée dussions-nous prendre le Code de déontologie dans son esprit plutôt que dans sa lettre. Il n’est fort heureusement pas ordinaire de voir des journalistes décimés pour leurs opinions en plein Paris !  A situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle et c’est bien dans ce contexte, en rappelant explicitement la portée symbolique de l’abonnement, que nous avons rédigé cette motion. 

Nous vous rappelons que l’émoi suscité par les événements à largement dépassé les opinions véhiculées par Charlie et a permis de constituer des rassemblements spontanés unissant les Français. A Bois le Roi, Monsieur le Maire a ainsi appelé tous les Bacots à entonner la Marseillaise lors des vœux de nouvel an.

 Que les écrivains par ailleurs cités soient présents dans la bibliothèque de Bois le Roi, nous n’en n’avons jamais douté puisque nous soulignons au contraire que ce sont des auteurs qui furent en leur temps tout autant engagés que l’étaient les caricaturistes assassinés en janvier dernier. La présence de Charlie ne déparerait donc pas.

La motion relative à la publication de la déclaration de 1789 fait l’objet d’un autre texte soumis au vote du Conseil Municipal, ce dernier porte également sur la publication de la Déclaration universelle de 1948 et pour tous lieux publics communaux recevant du public. Que vous ayez affiché la déclaration de 1789 est tout à votre honneur.


Pour AVABLR

 

Solange BLAIS